CONSOMMATION


LA CONSOMMATION ET LE POUVOIR DE CHOISIR

by JackieBN, Septembre 2010

Imaginons in instant le monde dans lequel nous vivrions si la publicité et la télévision n’existaient pas… Serions-nous constamment en train de nous créer des besoins, de consommer à outrance, de détruire notre planète, de polluer notre environnement et de déclencher des guerres à outrance à travers le monde? Hmmm, la réponse n’est en fait pas aussi difficile qu’elle en a l’air: si on a une idée, à moins d’inspiration divine ou originale, c’est qu’elle a été implantée dans notre cerveau par un tiers car notre cerveau est un capteur d’information par le biais de nos sens (la vue, l’ouïe, l’odorat, etc.). Ce qui est difficile c’est la rétrospection par laquelle nous devons passer pour répondre à la question et les actions (ou les efforts à fournir pour rémedier à un problème) qui en découlent une fois cette analyse achevée. Et oui, dès que nous avons la réponse à toutes nos questions, deux choix s’offrent à nous: continuer notre comportement destructif  en se laissant manipuler par des tiers (dans notre cas: les media ou toute institution à caractère propagative) ou le changer en prenant conscience de cette manipulation, de ces virus qui envahissent notre esprit et qui s’installent sournoisement dans notre inconscient qui à son tour influence notre conscient, et en gardant un esprit critique (questionner les motivations de chaque action).

Alors “retrospectons”, et essayons de répondre le plus honnêtement possible à ces  trois questions: 1) consommons-nous pour vivre ou vivons-nous pour consommer? 2) Acquérons-nous des produits pour notre bien être/par nécssité ou pour notre paraître/par désire? 3) Pouvons-nous survivre sans nos possessions matérielles?

Cela demande une longue et difficile démarche de reflection personnelle et l’acceptance également d’une responsabilité certainement collective mais surtout individuelle. Cette démarche est longue parcequ’il faut remonter dans l’histoire et ses évènements et se demander comment on en est arrivé à ce stade de l’évolution et si cela aurait pu se développer differemment. Cette démarche est difficile car être honnête c’est appeler son propre égo à la barre, lui faire prêter serment et lui faire subir l’inquisition avec un grand “I” en le forçant à reconnaître ses tords, ses défauts et ses faibleeses. En engageant cette réflexion, nous nous rendons compte qu’effectivement nous sommes des êtres très influençables et vulnérables et que sans motivation extérieure comme la stimulation des sens et des émotions par toutes sortes de média, nous ne trouverons que très peu ou pas d’intérêt ou d’attachement à tous ces produits que nous achetons comme des névrosés compulsifs. Nous reconnaîtrons aussi que notre consommation est principalement motivée ou causée par l’envie, la convoitise, la jalousie, la normalité imposée, suggérée ou conventionnée par des institutions plus ou moins autoritatives, la soif de reconnaissance sociale et, bien loin derrière, le besoin essentiel de survie. Nous réaliserons enfin que cet intérêt personnel qui est le moteur de ce comportement de consommateurs presque pathologiques, est comblé au détriment de notre propre bien-être, celui d’autrui, de la vie et de notre environnement.

Cette prise de conscience est le premier pas vers un remède très efficace pour une meilleure qualité de vie sociale et familiale, un enrichissement personnel plutôt que matériel et une planète en bonne santé laissé aux prochaines générations. Encore faudrait-il éprouver cette envie d’enrichissement personnel sur lequel on ne peut litteralement pas mettre le doigt dessus, et ce qui paraît de nos jours bien derisoir et peu satisfaisant à côté du confort (ou de la promesse de confort qui bombarde nos senses) qui lui est bien palpable!

Mais alors, comment peut-on expliquer ce comportement pathologique du monde moderne? J’ai trouver un élément de réponse qui satisfera une majeure partie de la question mais qui bien entendu, ne justifiera pas de tous les maux de la planète: le monde actuel est hierarchisé, cela est un fait. A part une infime minorité de tribues qui ne sont pas encore affectées par le monde moderne capitaliste, il y a ce que l’on appelle aujourd’hui l’élite mondiale qui inclus tous les riches, les sangs royaux et les hauts gradés politiques tels que le Pape, les généraux, présidents d’état ou autres célébrités; il y a ensuite la classe moyenne qui inclus les petites et moyennes entreprises qui fournissent la planete en produits de toutes sortes ainsi que tout ceux qui ont accès à la propriété; il y a la classe ouvière qui inclus, et bien les travailleurs,  le prolétariat qui n’a pas accès à la propriété ou à l’éducation superieure; il y a enfin les pauvres, ceux qui n’ont que la mendicité, le travail ponctuel ou l’esclavage comme moyen de survivre. Un autre fait est que c’est le plus fort ou le plus puissant qui contrôle le monde, qui fait l’histoire et qui décide du comprtement que toute une société doit avoir. Il en découle que le petit nombre d’individus qui se trouvent au sommet de la hierarchie s’impose comme Exemple pour les classes subséquentes. Or les valeurs que la classe élitiste inculque aujourd’hui sont les suivantes: la compétitivité prime sur la collaboration; le profit prime sur le partage; l’argent est le moyen d’acceder au pouvoir et au bonnheur; le bonnheur c’est l’accummulation de bien materiel, plus on a de biens ou d’argent, plus on est respecté au sein du groupe; la richesse economique et l’abondance materielle est la clé de la reussite sociale. Comme on nous apprend tout cela depuis notre plus jeune âge, le model élitiste devient note exemple de vie  et ce à quoi nous aspirons dans la vie, ce qui nous pousse bien malheureusement à nous détruire et ceux qui nous entourent pour devenir comme eux: on suit les tendances comme des moutons (d’où l’analogie caricaturale lorque l’homme se met à critiquer le comportement humain!); on se croule sous les dettes pour équpper notre maison comme on voit dans les revues, on montre du doigt ceux qui ne souhaitent pas suivre le mouvement en les qualifiant de marginaux (c’est dire quel bon travail de manipulation a été effectuer sur notre esprit!); on consomme se que l’on nous dit de consommer en nous faisant croire que l’on deviendra comme ces gens qui semblent avoir tout pour être heureux, et surtout que l’idée vient de nous, etc. Seulement voilà on en oublie que nous n’avons pas les moyens de vivre comme on nous dit de vivre alors on accepte de s’asservire en échange de cette illusion de bonheur ou alternativement on devient des criminels et decidons de nous accaparer par le vol tout ce materiel qui nous promet monts et merveilles… Au final, quand on y pense, sommes-nous vraiment satisfait de cette situation dans laquelle nous nous retrouvons aujourd’hui? Trouvons nous que les gens sont heureux autour de nous?  Trouvons-nous que notre gouvernement fait ce qu’il faut pour nous rendre heureux? Et bien c’est à ça que sert une prise de conscience! Si les chose vont mals, c’est parceque nous ne nous rendons pas compte que nous les rendons comme elles sont par nos actions dictées par les pouvoirs en place, par ces actions dont nous croyons être les instigateurs et que nous croyons être sans conséquence bien dramatiques ni sans connection avec la situation économique et sociale actuelle. Au lieu de ça nous pensons naïvement que tout n’est que le cours naturel des choses et de l’évolition. Que nénnie mes chers, que nénnie!

Il se trouve que lorsque nous consommons, nous avons tendance à faire confiance aux fournisseurs qui, admettons-le, ont comme soucis primaire celui du profit financier et non du consommateur. Nous ne questionnons pas non plus la provenance des produits qui nous sont fournis car nous partons du principe que ces gens responsables ne trahiraient pas notre confiance et nous nous laissons convaincre par les publicitaires qui ont tendance à exploiter au maximum nos 7 pêchés capitaux une fois de plus au travers des média! Et c’est ce comportement (naïf?) qui engendre des conséquences dont nous avons tendance à rejeter la responsabilité: cela n’est pas de notre faute si nous nous faisons avoir, mais de ceux qui nous bernent et exploitent notre crédulité car il ne devraient pas être cupides! Alors nous nous débrouillons pour trouver toutes les justifications les plus convaincantes pour conserver ce confort matériel qui semble nous rendre si heureux, à savoir, le laque d’option, la pression sociale ou la situation économique, etc. Et voici ce qui résulte bien trop souvent de cette politique de l’autruche ou ignorance volontaire:

-1 Dans le cas de la nourriture: on s’empoisonne et réduit sa durée de vie naturelle en finançant par nos achats et donc contribuant aux établissements pratiquant la manipulation génétique (OGM), le traitement chimique des sols et aliments afin que les produits aient un aspect parfait, et le rajout d’éléments toxiques afin d’allonger la durée de vie des produits d’étalage en magasin le cas échéant;

-2 Dans le cas de la nourriture, des vêtements et des loisirs: on contribue à la maltraitance et le non respect de la vie animale pour le seul but (des fournisseurs) d’augmenter la productivité, et le profit, et de baisser les prix  pour garantir des monopôles de part de marché en nourrissant les bêtes de farines animales(à base de carcasse de parents!), en les inséminant artificiellement, en leurs injectant des hormones de croissance, en les séquestrant, les stressant, les torturant et les élevant dans des conditions “inhumaines” le cas échéant;

-3 on participe à l’exploitation des terres des pays pauvres et de leurs enfants pour assouvir nos envies et nos caprices alimentaires en cédant à la fainéantise (on ne cuisine plus) et la facilité (prêts-à-manger), la crédulité face aux publicitaires et en acceptant l’importance du superficiel et du matériel dans notre vie;

-4 on contribue à la pollution de notre environnement par l’achat de produits emballés inutilement et dangereux et la non-participation au triage et recyclage des déchets le cas échéant.

Je refuse d’implorer l’impuissance de l’homme face à toutes ces absurdités. Il n’est pas victime de son ignorance mais se complaît plutôt dans sa situation où l’information est manipulée et filtrée; cela lui permettant ainsi de justifier son comportement destructif envers lui-même et son environnement en incriminant le manque d’instruction de la part des autorités. Où sont donc passé le sens commun, la raison et le libre arbitre? Aux dernières nouvelles, il n’est pas devenu illégal de refléchir bienque que je suspecte que ce projet soit déjà en travaux depuis bien des décénies par le biais des institutions éducatives sociales et sanitaires…

Je souhaite rappeler que le vote ne s’applique pas qu’aux élections présidentielles mais aussi à la consommation: un achat c’est un vote! C’est dire “oui” à la continuation de telle ou telle institution, corporation ou entreprise. C’est aussi financer, par nos achats, leurs mauvaises pratiques et être en accord avec leurs chartes et politiques sociales en tant qu’entreprise vis à vis des employés lorsque le cas se présente.

Comme le mot “démocratie” le suggère (et celle-ci est officiellement pratiquée dans notre pays), le pouvoir est au peuple, du moins sur le papier mais ça c’est un autre débat… Et bien en consommation, cela marche de la même façon: le pouvoir est au consommateur. Il peut il y avoir de l’offre de produits sans demande préalable, mais si le consommateur choisit de ne pas céder a cette offre, et de ne pas se créer un nouveau besoin, le producteur ne produira pas ou plus s’il n’y a pas d’acheteur pour ce produit! L’astuce est de ne pas céder aux publicitaires qui excellent dans l’art de nous convaincre que ce produit nous était bien nécessaire !

Nous pouvons toujours nous cacher derrière les excuses telles que “c’est comme ça”, “on n’y peut rien”, “la vie est trop courte pour se préoccuper de ce genre de détails”, “je n’ai pas les moyens de vivre au vert”, “j’ai 4 bouches a nourrir” ou autre “je m’en fous, je ne serais plus là dans 50 ans”; le fait est que nous partageons tous la responsabilité de la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, individuellement. On a toujours le CHOIX de participer à ce système ou pas.

Je ne suggère pas ici que l’on retourne à l’âge de pierre. Au contraire, je supporte le progrès et la technologie. Mais une technologie responsable, écologique et environnementale car les moyens sont là mais les grandes corporations ont tendance à choisir la facilité et l’économie au nom du profit et à l’insu de notre santé et de notre environnement. Et oui, les corporations sont comme nous, fainéantes mais intéressées! Le soleil, le vent et la mer sont des sources d’énergie propres, durables et parfaitement maitrisées. La raison pour laquelle elles sont peu exploitées est due au principe sur lequel sont basés la plupart des grandes industries de ce monde, à savoir que le naturel abondant ne profite pas et ne crée pas de dépendance! Les grandes companies n’y voient donc pas d’interêt d’exploitation.

Dans le domaine automobile, J’ai pu entendre parler de voitures fonctionnant à l’hydrogène en Corée (donc à l’eau) dans un journal télévisé un soir dans la rubrique faits divers puis plus rien! Il n’y a pas eu de suivit quand à savoir si ces voitures on été mis en vente ou non, si le brevet a été déposé ou non. Je découvre alors sur un site internet que le problème n’est pas que le système ne fonctionnait pas mais que la demande de brevet a été rejetée pour des raisons financières plus que techniques: cela porterait prejudice à l’industrie pétrolière! Cela ne sera pas dans les media conventionnelles que nous en entendrons parler car après des recherches plus approfondies, nous découvrons que malheureusement ces media appartiennent aux mêmes corporations et grands puissants économiques de ce monde qui possèdent les chaines automobiles, les forages pétroliers et des conseils de membres qui décident de la concession de brevets et autres copyrights! En effet, le monde est très petit. Et la voiture électrique? Elle fut sur le marché pendant une dizaine d’années (90), puis la fabrication a dramaticallement diminué. Lorsque que les fabricants sont interviewés, la réponse est unanime : la voiture électrique ne profite pas. A qui ? Aux pétroliers ? Allons-donc savoir…

La triste vérité est que le peuple, la masse populaire ne doit pas vivre en autarcie mais dans la servitude pour une poignée de gens qui ont pour seul but d’assurer ce pouvoir temporel par la maîtrise de l’esclavage moderne (via la consommation et l’emprunt) pour leur progéniture et pour des siècles et des siècle…Amen !!! Là encore, c’est un autre débat mais un sujet que nous nous devons d’approfondir et de comprendre également. Le point est que cet esclavage moderne est entretenu par la sollicitation au travers de la télévision, des magazines, du cinéma et autres supports médiatiques.

Alors si nous ne souhaitons pas que nos enfants grandissent comme des esclaves drogués par les pharmaceutiques, avec des puces électroniques implantées dans leur cerveaux et sur une poubelle comme planète, la solution est simple: INFORMONS-nous. Le reste suivra. Nous avons une chance inouïe de pouvoir accéder à l’internet pratiquement sans restrictions; le monde est à quelques cliques de notre souris; toutes sortes d’informations ne demandent qu’à être découvertes. N’attendons pas que cette opportunité nous soit enlevée. Certes, cela demande quelques efforts mais ce sont justement ces efforts que nous n’avons pas fournis jusqu’ici qui nous ont amenés dans cette société de grande consommation et de l’excès d’un côté, et de guerres perpétuelles et de pauvreté de l’autre.

≈≈≈

Quand à ces êtres humains que nous sommes, ce n’est pas parce que l’on est persuadé d’être à la tête de la chaîne alimentaire et que nous sommes dotés de la faculté de raisonnement et planification qu’il faut se prendre pour Dieu et les maîtres du monde. La vie ça se respecte. La nature et ses habitants nous permettent de vivre et non l’inverse. Sans l’homme la nature continue, sans la nature, l’homme n’est plus. Nous devrions lui être reconnaissant en prenant soin d’elle et de ses habitants et non en les détruisant! Ce cerveau qui est le notre et que nous croyons si spécial, utilisons le à bon escient.

≈≈≈

Quand à nos choix pour au moins tenter de minimiser les conséquences néfastes de notre mode de vie occidental: demandons-nous si une voiture est vraiment indispensable car nous pouvons choisir de loger à côté de notre travail ou bien nous pouvons choisir de travailler près de notre logement et n’utiliser les transports en communs que pour les longues distances. Pour les moyennes distances il me reste le vélo ou la marche. Si vraiment nous devons nous déplacer régulièrement à plusieurs endroits plus ou moins éloignés alors prenons une voiture préférablement électrique et à faible consommation (à défaut de ne pas pouvoir avoir accès aux voitures carburées à l’hydrogène!). Ou, nous pouvons choisir ne pas nous soucier de tout ça (moi d’abord, la Terre et ses habitants après) et de nousacheter un tout-tererain de prestige pour bien nous faire remarquer et nous sentir très important aux yeux de la société, « parce que nous le vallons bien » !

Bien que nous ne puissions pas contrôler ce qui tombe du ciel et le passage des avions qui rejettent des gaz toxiques et autres produits chimiques qui retombent dans les champs de culture, nous pouvons choisir d’acheter nos légumes traités et modifiés et ruiner notre santé et celle de la Terre pour quelques centimes d’économisés, ou bien nous pouvons choisir de mettre ces centimes dans l’achat de produits plus sains directement chez le producteur pour réduire l’impacte sur l’environnement et encourager la culture d’aliments vrais, vairés et traditionnels et de mettre moins de centimes dans nos dépenses vestimentaires. Ou, nous pouvons choisir de nous soucier de notre apparence, d’acheter des vêtements de marque et prétendre rechercher la qualité (comme s’il était impossible aujourd’hui de racommoder ou prendre soin de nos affaires), et de ne faire que fi de ce qui descend dans notre estomac.

De même pour les animaux; dans un passé pas si lointain, les hommes partaient chasser la bête eux mêmes. Aujourd’hui nous n’avons plus à la tuer, des gens le font pour nous. Cela est certe une aubaine compte tenu de notre mode de vie occidental mais comme nous ne voyons plus la bête souffrir ni mourir devant nous, nous n’avons pas de problème de conscience quand aux circonstances entourant leurs exécution et préparation et pouvons donc choisir de consommer toutes les 5 minutes de la viande prête à manger qui s’avère être malade, stressée et dopée en nous excusant de « ne pas avoir le temps de faire la cuisine ».  Or nous pouvons choisir d’être raisonnable et de manger à la maison la viande moins souvent, des animaux fermiers et nourris correctement pour ainsi réduire le massacre en masse  que la prolifération des restaurants et autres fastfood ont générés. La solution radicale serait de ne pas consommer de viande dutout car la plupart des nutriments essentiels present dans la viande se trouve également dans les plantes qui elles, bien qu’exploitées ne sont pas soumises aux mêmes souffrances, dégradations et mauvais traitements que subissent les animaux.

Nous pouvons choisir d’accumuler tout le matériel que le monde a à offrir, tous les derniers gadgets, les chaussures et sacs derniers cris pour faire comme nos amis et nos voisins sinon mieux. Mais admettons-le, si nous ne voyions pas ce que les autres possédaient ou avaient sur eux, nous ne nous soucierions guère de ce que nous possèdons nous même et ne serions même pas au courant de ce qu’il y aurait à posséder! Alors,  est-ce vraiment nécessaire de dépenser notre énergie dans un travail dont nous nous passerions volontier juste pour pouvoir nous offrir du matériel dispensable dont nous nous sommes créée le besoin? Dans le fond, ne consommerions-nous pas pour assouvir cette envie d’atteindre un idéal implanté et un standard de normalité que ma société établie au fil des années? Au lieu de ça nous pouvons choisir de mettre ce pouvoir d’achat à bien en consommant plus éthique, plus sain, plus écologique et moins immoral, moins toxique et moins polluant en nous souciant moins du prestige et du “qu’en dira-t-on?” et plus du “est-ce juste ou bien raisonnable?”. Nous pouvons aussi choisir l’enrichissement personnel à l’enrichissement matériel. Mais même si nous nous enrichissons matériellement, nous pouvons choisir de le faire au détriment d’autrui et de notre environnement ou dans le respect de tout ce qui nous entoure. Nous pouvons choisir le profit individuel immédiat au détriment de l’intérêt général sur le long terme, etc. Nous pouvons toujours choisir! La question reste dans la volonté de faire un choix.

≈≈≈

Pour nous aider dans cette amélioration de notre qualité de vie ainsi que celle de notre planète, des labels officiels biologiques et de commerce équitable garantissent, jusqu’à prouvé contraire, les standards de fabrication, production, distribution et de responsabilités sociales et environnementales  pratiqués par les compagnies qui s’y soumettent. Le but étant pour le consommateur de voter pour un mode de vie et de consommations saines et responsables en achetant ces produits étiquetés.  Dans le fond, je ne vois pas où réside l’intérêt de dépenser notre energie dans un travail pour gagner de l’argent et de le mettre à profit des institutions qui nous empoisonnent la vie et la santé!

Alors, éteignons donc ce poste de télévision, laissons tomber ces programmes dégradants, insignifiants et abrutissants et consacrons ce temps alors gagné à nous informer car demain, nous le fabriquons aujourd’hui avec ces fameux choix que nous faisons.

≈≈≈

Voici quelques liens utiles pour ceux d’entre vous qui commencent ce voyage vers l’information sur le monde de la consommation et de la santé.

ps: les liens ci-dessous sons ajoutés au fur et à mesure. Merci pour votre patience :)

Terriens – Sous-Titres Français EARTHLINGS est un documentaire long-métrage sur la dépendance absolue de l’humanité à l’égard des animaux (animaux de compagnie, nourriture, habillement, divertissement, et recherche scientifique) mais aussi sur l’irrespect total pour ceux qu’on peut aussi qualifier de « marchandise ». Le film est narré par Joaquin Phoenix (Gladiator) et la musique est celle du célèbre Moby Cliquez sur l’affiche pour la lecture…

Les scènes coupées:

≈≈≈

BREVET POUR LE PORC : LA MÈRE NATURE AU SERVICE DES MULTINATIONALES? UN DOCUMENTAIRE-CHOC AUX GRANDS REPORTAGES DE RDI. Voici comment ça marche: Monsanto crée une graine en modifiant génétiquement sa version naturelle puis dépose un brevêt pour avoir le monopôle de celle-ci. Ensuite Monsanto cultive ses plantes à ciel ouvert et laisse Dame Nature faire son travail… Conséquences, les champs voisins sont contaminés à l’insu du propriétaire. Monsanto porte plainte pour violation de propriété en accusant le pauvre cultivateur d’utiliser les graines Monsanto sans permission! Le cultivateur évidemment perd ses terres car il ne peut pas prouver que ses plantes ont été contaminées et qu’il’ n’a pas utilisé les produits Monsanto. Monsanto gagne ces terres, étend son  “territoire” et contrôle sur  les graines, plantes et animaux domestiques du monde de cette façon. Diaboliquement astucieux!!

Première partie:

Deuxième partie:

Troisème partie:

Quatrième partie:

≈≈≈

Un exemple de vie en communauté écologique: MA VIE SANS CARBONE

Avant de devenir grand, un projet doit commencer petit. Une communauté bio et écolo, c’est possible. Juste une question de volonté! Observe and learn people, même le dentifrice est fait maison!!! TOUT ce dont l’homme a besoin pour vivre est fourni par mère Nature, le reste c’est le superflu. Et le superflu, on nous a “appris” à le nécessiter pour faire fonctionner la machine économique actuelle basée sur le profit et rien d’autre. Mais ça vous le savez tous déjà. Ce qui n’est pas évident pour tout le monde c’est que nous sommes le produit de notre environnement et donc modifiables. Ceux qui nous gouvernent l’ont compris et en font mauvais usage! Et les autres? Il n’est pas question ici de retourner à l’âge de pierre; avec les energies renouvelables et universelles (voir les travaux de Nikola Tesla) il est toujours possible de maintenir un niveau de techonolgie digne du 21eme siècle sans pour autant détruire notre planète et la vider de ses ressources. Ce qu’il faut d’abord changer c’est notre système financier (notre moyen d’echanger et d’utiliser les resources équitablement pour le bon fonctionnement d’une communauté) qui n’est pas dutout dutout dutout obligé d’être basé sur de l’argent! Tout ce qui importe c’est que les personnes qui s’engagent dans un échange se mettent d’accord entre eux sans l’intervention d’un tiers. Je pense que la communauté Mormon est un bel exemple se vie en communauté au niveau du système d’échange de bien et de service et de cooperation. Prenons en de la graine. Partagez pour inspirer :)

Niché au sommet d’une falaise en Ardèche, le Hameau des Buis est une expérience très écologique et peut-être encore plus sociale. Sous la houlette de Sophie Rabhi, fille du philosophe et spécialiste de l’agriculture bio Pierre Rabhi, un village est en train d’être construit autour d’une école Montessori, essentiellement par des bénévoles venus là s’initier à la construction bioclimatique et à la vie en communauté.Retiré à deux kilomètres plus haut sur la colline, le penseur du “retour à la terre”, Pierre Rabhi, peaufine son prochain livre sur le thème de la “sobriété heureuse”.La Chronique sans carbone débarque dans ce lieu où charpentiers, mystiques, électriciens, contemplatifs et autres écolos mangent leurs plats végétariens à la même table, ou presque, du poulet étant sacrifié une fois par semaine pour les irréductibles travailleurs carnivores (rappel : manger un steak équivaut à parcourir 10 kilomètres en voiture en termes d’émissions de gaz à effet de serre).

SOYEZ CURE-YEUX, VOUS Y VERREZ PLUS CLAIRE!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s