Gallery

JUSTE UNE IDEE?


On cause, on cause…

Rien ne va plus sur planète Terre, C’est un fait. Que faire pour y remédier? Et bien pour trouver la solution d’un problème il faudrait d’abord identifier ce problème, puis trouver sa cause et enfin l’éliminer. Un peu comme avec le cancer, on aura beau tuer les cellules atteintes, mais sans savoir ni éliminer ce qui cause leur manifestations, c’est du travail fait pour rien! Les guerres, la pollution, la pauvreté, le crime, la corruption  des politiciens, la répression des libertés, etc. Voilà le problème, l’homme n’est pas libre, ni heureux et encore moins puissant devant toute l’injustice qui envahit son monde et s’impose sur lui comme si il n’y avait pas d’alternative possible à l’organisation d’un société humaine qui se veut moderne et civilisée.

Et alors, quelles sont les causes?

Commençons par faire un travail sur nous même et arrêtons de blâmer les Americains, les Zionistes, les Francmaçons et compagnie pour tous les problèmes de la planète car sans notre coopération (consciente, volontaire ou non) ils n’aboutiraient à  absolument rien, nada, tipota, nichts, nothing, niente!!!!! Acceptons que nous l’avons ce problème qui est un clair manque de RESPONSABILISATION aussi connu sous la douce expression “Politique de l’autruche”, c’est le premier pas vers la guérison selon les spécialistes!

La consommation est source de tous (ou presque) les maux sur cette Terre (là c’est moi qui conclue qu’il en est ainsi après maintes lectures de rapports officiels et une simple observation de comportements humains). Et là, juste pour voir si vous êtes encore avec moi: qui sont les consommateurs? C’est bien, vous suivez! Et bien oui, c’est nous. Nous sommes pourtant à une époque où l’information est quasi-présente, saturant tous nos sens, mais nous ne savons toujours que très peu sur ce qui nous passe sous la main.  Triste conclusion : nous sommes la source de tous (ou presque) les maux sur cette planète !

Nous consommons avec ignorance et en ignorant ce que nous consommons, nous finançons les  établissements et corporations qui produisent et nous fournissent les biens de consommation à notre insu. Nous supportons leurs mauvaises pratiques et autres politiques de production et de gestions des établissements. Nous encourageons les exploitations de ressources qui doivent satisfaire nos demandes de produits qui sont pour la plupart issus ou dérivés du pétrole (pétrochimie, cosmétique, textile, alimentation, pharmaceutique, énergie, fuel, etc.).

Le pétrole est une autre cause de nos problèmes. Pour en avoir, il faut le chercher là où il y en a. Là où il y en a n’est pas toujours chez nous. Quand je dis chez nous, je parle des pays générateurs de produits de sur-consommation tels que l’Europe de l’ouest et les Etats Unis. Je pourrais mentionner la Chine également, un enorme producteur (pour le compte des étatsuniens bien souvent) avec une gigantesque main d’oeuvre! Et l’extraire chez autrui ce pétrole est source de bien des conflits sur cette planète, malheureusement.

Par manque d’information ou de connaissance, nous finançons les politiques internationales qui vont dans le sens du profit immédiat, de la consommation et de l’exploitation des matières premières. Nous finançons par conséquent les guerres qui aboutissent à l’accaparation des terres à ressources. Nous contribuons finalement à l’esclavagisme, à la pauvreté et à la famine (et non: nous ne sommes pas de trop sur Terre comme beaucoup de scientifiques l’avancent; et non: les ressources ne manquent pas; elles sont juste mal réparties et beaucoup de spécialistes en économie et géopolitiques ont une idée assez précise de qui en détient 80%, je vous invite à faire une petite recherche sur le monopôle agro-alimentaire et celui des terres habitables.);

Pensons donc à tout ça lorsque nous achetons notre paire favorite de baskets inutilement marquée, notre très tendance paire de jeans marquée également, notre barre de  chocolat encore marquée et sans quoi il est impossible de se relaxer, notre dernière pièce de technologie informatique, nos CD, nos repas « prêt-à-manger-micro-onde-instantanés » sans quoi notre productivité au travail ne serait jamais amélioré, notre indispensable coupe-faim minute Macdo, et surtout lorsque nous sommes scotchés devant la boîte à images (si, vous savez celle qui vous hypnotise à longueure de journée en vous suggérant d’acheter ce dont vous n’avez absolument pas besoin? Pensez-y un instant, si vous aviez un besoin essentiel de quelque chose, serait-il nécéssaire qu’on vous suggère de vous le procurer? CQFD!)… La liste est longue !

Mine de rien, tous ces petits gestes quotidiens innocents aux premiers abords sont en finalité très destructifs pour la simple et bonne raison que nous n’avons pas conscience du parcours des produits qui nous passent sous la main. Nous ne savons pas d’où ils viennent, comment sont-ils arrivés chez nous ni où ils iront une fois jetés. Et cette ignorance est malheureusement très destructive. Si nous savions tout ça, nous ferions plus attention et savoir tout ça mes amis, c’est déjà une superbe illumination sur planète Terre.

Imaginons aussi à quoi ressemblerait notre monde sans la TV, les publicités, les produits totalement inessentiels à la vie humaine et les divertissements psychologiquement dégradants qui nourrissent la technologie et que la technologie nourrit également ? C’est bien beau la technologie dans nos foyers, dans nos vies, dans notre travail, dans notre intimité, mais ne serait-il pas mieux qu’elle soit utilisée à meilleur escient que l’abrutissement des esprits, le profit financier et les intérêts personnels au dépend d’autrui ? Appelez-moi une utopiste mais je crois que c’est humainement possible d’atteindre de tels objectifs. Question de volonté à mon humble avis.

A ce stade, il semblerait plutôt que nous nous comportions comme de vulgaires consommateurs dépourvus de libre arbitre, uniquement équipés d’un sexe et d’une panse au bénéfice d’une élite qui aurait trouvé le bon filon en exploitant nos instincts et pires faiblesses, à savoir, la crédulité, la paresse, la peur, la faim et le désire. Nous consommons la nourriture, les médicaments, les vêtements, les accessoires, le divertissement et le sexe qu’une élite de plus en plus définissable a décidé de nous faire consommer. Simple. Cette élite ferait-elle en sorte que nous perdions tout savoir d’autonomie et de suffisance tel que la couture, la cordonnerie, la maçonnerie, le jardinage, la boulangerie, la moissonnage, etc. pour que nous devenions dépendants de ses ressources et productions ?  Etant d’un optimisme inégalable, je tends à penser que tel est le cas. Et ça marche! Si nous regardons les sociétés modernes de plus près, nous pouvons constater qu’à cause des règlementations, il nous faut trop souvent obtenir une autorisation gouvernemental pour planter, construire où créer de sorte que cette élite (lobby, cartels industriels et agro-alimentaires, banques privées), par le biais de notre gouvernement et des lois qu’il génère, garde un œil sur nos activités humaines en s’assurant que 1) nous n’empiétons pas sur son commerce et 2) nous ne devenons pas indépendant du système qui la nourrit et 3) elle prenne sa commission au travers des impôts et autres licences administratives! Il ne nous reste donc plus qu’à faire appel à un tiers pour mener à bien tous nos projets et assouvir nos besoins: si j’ai faim, je me rends au restaurant pour manger ou j’achète ma nourriture OGMé (pour des raisons de rendement planétaire, paraît-il), dans les hypermarchés, car c’est moins cher que chez le producteur  bio d’à côté; si je veux construire une maison, je ne peux pas m’associer avec mes voisins, amis ou famille pour m’aider, il me faut un permis de construire de toute façon, puis faire appel à une boite de professionnels BTP après avoir bien sûr payé un expert en sûreté pour l’évaluation de mon terrain; si je veux me vêtir, je me rends dans le premier magasin design de prêt-à-porter, cela me valorise au sein de mon groupe qui approuve mes faits et gestes; si j’ai u petit mal de tête, je cours chez mon médecin pour réclamer un produit chimique qui certes soulagera ma douleur, mais me garantira mon cancer dans les 20 ans qui siuvent [qu’est-ce qu’elle connait ma grand-mère avec ses herbes, elle est sénile de toute façon]!

Ils restent heureusement quelques derniers papis qui font de la résistance dans le domaine naturel et traditionnel mais il est évident que tout savoir traditionnel est (délibérément à mes yeux) en train de se perdre faute d’instruction et d’apprentissage institutionnel. Suis-je la seule à avoir cette impression que tout est mis en œuvre pour que ces savoirs traditionnels se perdent ? On ne peut quand même pas tout mettre sur le dos de la robotisation, l’industrialisation ou la modernisation ! Je pense également qu’on pourrait remercier entre autres, le système éducatif (par exemple, le diplôme d’état d’Herboriste a été supprimé en 1945, ce qui coïncide avec l’émergence de l’industrie pharmaceutique qui s’est développée pendant la 2ème guerre Mondial en Allemagne. Soit dit en passant que les américains ont repris le business pharmaceutique des allemands et quelques uns de leurs scientifiques allemands après les procès à Nuremberg et sont devenus les leaders de cette industrie sur le marcher mondial). Au tableau d’honneur pourrait également figurer l’industrie de l’advertising (campagnes publicitaires) qui est champion dans le façonnage de l’esprit humain !

Donc voilà pour les causes, nous engendrons les problèmes sous l’influence d’une politique délibérée de mis-information et de rééducation visant à nous faire rentrer dans le moule du consommateur débile (n’ayons pas peur des mots).

Et alors, des solutions?

Maintenant, sachant que c’est l’argent qui fait marcher le monde, que cela ne vaut absolument rien aux yeux de l’élite (par élite, j’entends ces entités physiques qui se sont autoproclamés générateurs, décideurs et régulateurs de l’économie mondiale) puisqu’elle la crée et la distribue et qu’elle ne s’en sert que pour manipuler et contrôler les êtres humains (qui eux s’accrochent dessus coriacement et le déifie) afin de servir leurs intérêts et de se garantir le pouvoir temporel, ne serait-il pas logique de leur supprimer ce moyen de contrôle et donc le pouvoir qu’elle exerce sur nous?
Et là ça devient difficile: Il faut se détacher du système monétaire actuel en masse! Ce système qui n’est ni plus ni moins qu’un système de croyance, au même titre que la religion Chrétienne (par exemple).

Alors pour une fois comportons nous comme des êtres humains dotés d’un libre arbitre et responsable:

1)Arrêtons de consommer inutilement et informons nous sur l’origine et la qualité et l’étique de ce qui passe entre nos mains.

2) Devenons donc autonome. Réapprenons à échanger nos services dans notre communauté. Mettons-nous d’accord sur notre propre système d’échange et de service (ex: faite appel à une personne sans travail pour travailler votre jardin, tailler vos vêtements ou maçonner chez vous, etc.).

3) Organisons-nous pour un rassemblement massif national pour entamer un mouvement qui ne prendra fin qu’à l’aboutissement de nos revendications. Il faut évidemment s’assurer d’avoir atteint un nombre de participants critique pour que ce mouvement puisse être efficace;

Serez-vous prêt à vous priver pendant le temps nécessaire pour faire faillir les conglomérats? Si vous pouvez, mangez de votre propre verger, approchez la médecine naturelle pour prévenir les maladies, récupérez l’eau de pluie, faites pousser vos légumes sur votre balcon, consommez écolo et bio tant que possible, taillez vos propres vêtements. Si vous êtes dans l’incapacité de faire vous-même, approchez donc les personnes qui ont encore ce savoir (je suis sûre qu’il y a une tante quelque part qui rêve de vous faire un joli pantalon ou votre voisine moyennant quelques services). Quitte à utiliser de l’argent, autant qu’il aille là ou on est sûre que cela restera et se réinvestira dans la communauté et non dans les poches de corporations étrangères privées. Vos taxes financent les guerres alors faites en sorte de ne pas avoir à en payer. Si vous révisez vos standards de vie, vous verrez que finalement, avec un Smig on peut faire beaucoup de choses!! Il n’y a rien de mal dans le marché noir de biens légitimes, ça irrite simplement les gouvernements qui ne peuvent pas le contrôler et en être le maquereau. Le meilleur exemple est celui du Cannabis: c’est une plante aux vertus thérapeutiques (et pas que!) reconnues dans le monde entier et scientifique mais qui porterait de lourds préjudices aux cartels pharmaceutiques s’il était commercialisé et donc taxé régulièrement au même titre que l’alcool ou les carottes! D’un point de vue industriel, c’est au cartel petrochimique à qui la commercialisation du cannabis porterait préjudice… Il se trouve que la France est un des pays les plus répressifs quand à l’information sur et l’utilisation de cette plante médicinale. Pour le cartel, il est préférable de l’interdire et de combattre le marché noir en insistant sur les campagnes dénigrantes plutôt que la légaliser. Cela les conduirait à leur perte dans beaucoup de domaines. Quand à l’alcool ou le tabac, cela ne nuit pas à leur business bien au contraire, il est donc dans l’intérêt du cartel que ces substances toxiques soient commercialisées et contrôlées.

Et rappelez-vous qu’un achat c’est un vote alors votez pour l’association et la coopération entre personnes libres de choix plutôt que pour la compétition ou la complicité avec les criminels de guerre et corporations!

Des solutions en fait, il y en a plein. La question est: les voulons-nous vraiment? Nous vivons certes dans une prison (virtuelle) mais elle est néanmoins dorée… Alors tout cela vaut-il la peine de sortir de notre confort matériel au risque d’en pâtir pendant une durée indéterminée?

Si nous ne pouvons pas compter sur nos représentants politiques pour faire changer les choses en notre sens, il ne nous reste que nous pour changer notre monde. Cela implique que nous reconnaissions notre part de responsabilité dans la génération de tous les maux sur cette planète, directement ou non!

Le rassemblement dans chaque commune pour s’informer et s’organiser sur les actions  prendre devient un nécessité, ce qui fait appel à la solidarité entre citoyens. L’internet est devenu un outil très efficace pour la propagation de l’information et le rapprochement des personnes qui ont des intérêts en commun.  Il faut donc profiter de cette aubaine afin de pouvoir matérialiser ou concrétiser ce rapprochement virtuel. Les réseaux sociaux ont prouvé leur efficacité dans le dans le domaine du rapprochement virtuel!

Il y a heureusement plusieurs solutions qui sont proposée depuis quelques années telles que le projet Vénus (mouvement Zeitgeit) depuis 2008 mais comme tout projets, elles subissent des attaques de la part des plus sceptiques ou de ceux qui ont le plus à perdre dans la dissolution du système monétaire, mais aussi sans support de la part des masses populaires et sans la prolifération de l’information parmi elles, aucunes d’entre elles n’aura de chance d’aboutir.

Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour retrouver notre souveraineté individuelle et nationale, notre indépendance économique et spirituelle ainsi que notre capacité à vivre en autarcie pour ne pas avoir à vendre notre âme pour survivre. C’est à nous, citoyens du monde de jouer, à nous seuls puisque nous ne pouvons plus compter sur l’intégrité de nos représentants!

Et alors, concrètement, on fait quoi?

Juste une idée:

1) Je propose que l’administrateur de chaque groupe  qui se veut révolutionnaire organise la collecte de l’adresse messagerie de chaque membre du groupe et/ou numéro de téléphone en les invitant à les communiquer via courriel privé, au cas où toutes les pages de ce groupe venaient à être accidentellement ou intentionnellement supprimées par les propriétaires du site social, pour ne pas perdre des mois de travail de regroupement et continuer à communiquer.

2) Je propose que les administrateurs de ces groupes révolutionnaires s’associent entre eux pour élargir l’impacte et le nombre de membres qui se veulent prêts pour un révolution imminente. Echange de bons procédés mais aussi l’union fait la force!

3) Je propose que les administrateurs de groupe révolutionnaire envoient un mail ou le lien d’une page web à tous leurs contacts qu’ils feront passer à leur tour à tous leurs contacts, amis famille, etc., (comme une étude de marcher avant de démarrer un entreprise!) et où il leur sera demandé si ils sont prêts à engager un boycotte et une désobéissance civil totale (c.à.d. ne pas se rendre au travail sauf service minimum pompier/urgence; ne pas envoyer les enfants en cours; ne pas consommer, etc.) voir même entamer une grève de la faim collective jusqu’à ce que les revendications soient entendues, discutées et approuvées.

4) Si le nombre de promesses d’action est assez important pour lancer ce mouvement de désobéissance alors il faudra leur communiquer une date et un lieu de RDV (une assise devant la mairie de chacun par exemple car là cela ne se fera pas à la maison!)) et envoyer une copie à tous les media pour une bonne couverture. Et ce, sans préavis pour l’effet surprise. Une révolution à la Gandhi s’est montrée fructueuse!

5) Sur cette page web ou email de promesse d’action et d’engagement accompagné de la liste de revendications, devra figurer la liste de toutes les personnes prêtes à s’engager (ça motive les + soucieux!) et ceux qui seraient volontaires pour participer à l’organisation du mouvement, comme du personnel bénévole pour s’occuper des grévistes de la faim (distribution d’eau est couvertures…) dans chaque communauté. C’est toujours plus facile de rajouter son nom à une liste quand elle est longue! Si les emails à faire circuler marchent pour toutes sortes de conneries alors cela devrait marcher pour un mouvement sérieux.

6) Si le nombre dépasse 5% de la population (+/- 3million d’âmes), alors on aura quelque chose de concret, un début de vrai révolution immédiate!

Juste une idée!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s